La perspective d’une intervention au Moyen-Orient fait bondir le prix du pétrole. Ce billet propose plusieurs coups de projecteur sur les événements géopolitiques actuels, en replaçant les incitations financières et personnelles au cœur de leur évolution.

En scène : le pétrole bien-sûr, l’addiction des marchés des actions à l’or noir, l’essoufflement de l’économie américaine, l’évolution du ‘Trump bump’ et quelques incitations financières qui ne vous laisseront pas indifférent.

  • Les tensions géopolitiques du moment jettent – littéralement – de l’huile sur le feu.
    Le prix du pétrole se tend, comme souvent en cas de menace d’intervention militaire, de même que les marchés, du moins temporairement :

 

  • Le ‘track-record’ fiscal de Trump, tout comme celui de l’économie américaine, reste largement dépendant du secteur énergétique :

 

                                   Source: Bloomberg, Credit Suisse 

 

  • Après la ‘forward guidance’ monétaire, la ‘fiscal guidance’ budgétaire et son spectaculaire ‘Trump bump’, le soufflé retombe :

 

                                   Source: Financial Times

 

  • Décidément les marchés financiers ne savent plus à quelle ‘guidance’ se vouer: monétaire, fiscale, pétrolière ? Cette dernière poserait de sérieux problèmes de conscience s’agissant d’une intervention armée.

 

(1) Be an investor, not a preacher. Investing isn’t a moral pursuit. It’s not about right or wrong, good or evil. It’s about bullish or bearish. In other words, don’t let your political views bias your investment decisions. Buy low, sell high, but invest for the long run, if you are young enough.

(3) Be a policy wonk, not a critic. Don’t second-guess policymakers and expect them to change course just because you are convinced they are on the wrong one. However, as I learned along the way, pay close attention to new legislation that changes taxes or regulations. I wish I had paid more attention to the unintended consequences of some of the major laws that deregulated the financial industry.

 

  • Ceci explique sans doute cela, retour à la case départ.

Résumons en quelques propositions :

  • Les incitations personnelles et financières sont au cœur de toute activité économique.
  • Les leçons de Yardeni évoquées ci-dessus sont autant d’incitations rationnelles induites par les politiques publiques de l’après-crise financière. C’est bien sur ces incitations que leur ‘guidance’ se sont appuyées, jusqu’à la lie.
  • Elles posent des questions de stabilité financière souvent relevées dans ce blog. Elles annoncent probablement de nouvelles crises car elles en sont la cause profonde. Wall Street at its very best !
  • Qu’on le veuille ou non, le pétrole reste une composante centrale du levier macro-financier mondial.
  • ‘There’s no such thing as a winnable war’ chantait Sting dans ‘Russians’, une magnifique chanson sur la guerre froide. Puisque, nous dit-on, la morale n’a pas lieu de cité dans le monde financier, à qui au juste une intervention armée profiterait-elle ?
  • Ou peut-être, sans même parler d’intervention, sommes-nous déjà entrés dans une nouvelle ère de tango financier : la guidance pétrolière.

Le dernier tango ?

Jacques Raemy

 

0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

©2019 VLdesign : :

CONTACT

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Sending

Log in with your credentials

Forgot your details?